img img img
 
  pdf 512 kb version.pdf   |   img Home  
Les constats
de l’étude

img
img
Les propositions
d’amélioration

img

img
> Résumé
   de l’étude

img
img
Rapports
img
img
Références
img
img
Remerciements
img
img
Les auteurs
img
img
Agenda
img

  |  Introduction  |  Etat de la question  |  Méthodes  |  Résultats  |  > Recommandations 
img
img
|  Conclusion  
img



Recommandations
img

1. Favoriser la production de contenus médicaux pour une audience locale

  • Reconnaître l’existence d’un besoin de formation continue pour les médecins internes et généralistes, les spécialistes notamment les femmes, voire des infirmiers majors.

  • Inciter les experts à produire des contenus spécifiques à ce groupe en collaboration avec les professionnels de la santé plus jeune et les professionnels de la gestion de l’information médicale (bibliothécaires, informaticiens). Ceux-ci pourraient en outre développer des compétences spécifiques pour la production et la diffusion de contenus dans le cadre de réseaux collaboratifs structurés.

  • Promouvoir l’accréditation de la qualité des sites.


2. Améliorer la production d’information scientifique d’audience internationale


  • Diffuser les connaissances produites dans les pays en développement en valorisant la publication en ligne de journaux locaux et de thèses dans le cadre du Global Index Medicus.

  • Subventionner les publications en « OpenAccess » pour les auteurs des pays en développement.


3. Améliorer l’accès à de l’information de qualité

  • Promouvoir l’importance de la qualité et de la pertinence de l’information médicale en ligne auprès des professionnels de la santé et des étudiants.

  • Promouvoir les ressources en ligne disponibles gratuitement (MEDLINE, PubmedCentral, BioMedCentral, HINARI, Global Index Medicus, HON, CISMEF [12], Institut de l’Information Scientifique et Technique du CNRS [13], portails médicaux nationaux, etc.).

  • Renforcer la formation continue des professionnels de la santé, dont une partie peut être facilitée par l’utilisation du e-learning. Veiller à un accès équitable pour les femmes.

  • Développer le rôle des intermédiaires de l’accès à l’information de santé, les positionner dans des situations stratégiques telles que des bibliothèques et les organiser en réseaux collaboratifs.

  • Veiller à ce que l’accès à de l’information médicale en ligne de qualité ne se concentre pas entre les mains des seuls hommes et/ou de l’« élite » hospitalo-universitaire.

  • Faire connaître les possibilités d’accès à l’information de qualité (HINARI, etc.) au plus grand nombre de professionnels et favoriser l’accès à cette information au moindre coût. Limiter ainsi les tentatives de rétention d’information.

  • Développer une infrastructure technique performante et bon marché d’accès à l’Internet. Dans des situations de connectivité insuffisante, diffuser les contenus hors ligne, par exemple par le projet eGranary [14].

 
Retour en haut de page
Contact
img
 

 
img img img
  Dernière mise à jour: septembre 2007